Panier

Aucun produit

0,00 € Expédition
0,00 € Total

Voir mon panier Commander

Les travaux sur le statut de praticien hospitalier devront être achevés avant l'été

Publié le : 24/01/2020 15:50:00

Dans un échange de courriers, Agnès Buzyn détaille les mesures en faveur de l'attractivité du statut de praticien hospitalier. Elle livre des éclaircissements sur un calendrier "exigeant". Un calendrier "à marche forcée", corrige Jeunes Médecins.

Quelles nouveautés dans ce courrier ? Agnès Buzyn détaille notamment le calendrier serré de la réforme. "S'agissant du calendrier, il sera forcément exigeant. Ces travaux devront être conduits dès que possible courant janvier, jusqu'à mi-mai pour les derniers d'entre eux", explicite la ministre. Agnès Buzyn indique en outre qu'elle sera "très attentive" à la cohérence globale des travaux qui seront conduits, "cohérence que la méthode de travail que je vous présente doit permettre de garantir. Je serai également soucieuse dès que des textes autonomes sont finalisés, que leur publication soit engagée afin qu'ils puissent être mis en œuvre dans les meilleurs délais", écrit-elle.

Un programme détaillé qui ne réussit pas à convaincre Jeunes Médecins, qui  propose l'ouverture "d'une plateforme dématérialisée accessible à toutes et à tous et faisant état de tous les sujets abordés". Une manière, poursuit Jeunes Médecins, d'instaurer "un réel exercice de démocratie directe, seule garantie d'une réussite des nécessaires transformations à mettre en œuvre".

Des désaccords nombreux

Le calendrier n'est pas le seul point d'achoppement entre la ministre et le syndicat Jeunes Médecins. Dans son courrier, Agnès Buzyn liste les grandes lignes de la réforme du statut : suppression du concours de praticien hospitalier, création d'un mécanisme de solidarité territoriale constituant une alternative à l'intérim médical, reconnaissance des valences non cliniques ou encore création d'un statut unique de praticien contractuel. Des propositions insuffisantes, indique Jeunes Médecins, qui remémorent plusieurs revendications, comme l'entrée dans la carrière au sixième échelon. Le syndicat met aussi en garde contre une stigmatisation des intérimaires médicaux ou encore sur le risque de voir le nouveau statut unique de praticien contractuel remplacer, à terme, les statuts de praticiens hospitaliers titulaires.

Source : Hospimedia