Panier

Aucun produit

0,00 € Expédition
0,00 € Total

Voir mon panier Commander

ASTRO 2011 - État de l’art en radiothérapie : qualité de traitement, sécurité, pluridisciplinarité des soinsCliquez sur l'image pour l'agrandir

ASTRO 2011 - État de l’art en radiothérapie : qualité de traitement, sécurité, pluridisciplinarité des soins

Olivier Balas, Yannick Wioland, Valérie Moreno, Geneviève Gaschard Wahart, Stéphanie Rousselin, avec Dimitri Lefkopoulos et Philippe Giraud / 13 p. // Si aujourd’hui le cancer est l’une des causes principales de mortalité dans le monde selon l’Organisation mondiale de la santé, le nombre de décès devrait continuer de croître pour atteindre le chiffre de 11 millions en 2030. Dans le cadre de leur prise en charge médicale, presque un quart de ces patients vont recevoir un traitement par une technique de radiothérapie, et une grande partie de ceux-ci va pouvoir être considérée comme guérie à son issue. Les avancées dans le type, les technologies et les techniques de traitement en radiothérapie continuent d’évoluer rapidement, rendant les procédures de traitement plus complexes. Cette situation implique que les professionnels de la discipline suivent de près l’évolution de l’état de l’art et des techniques.Plus de dix mille d’entre eux ont pu bénéficier de la présentation de mille quatre cents posters et trois cent cinquante conférences lors de l’ASTRO 2011. Le thème choisi par les organisateurs, Patient-focused, High Quality, Pluridisciplinary Care, marque l’affirmation qu’il est indispensable aujourd’hui de travailler avec une approche pluridisciplinaire afin de permettre une prise en charge et un traitement personnalisés, de haute qualité, dans l’optique d’améliorer la santé et la qualité de vie du patient.Au niveau scientifique, une grande part du programme de l’ASTRO 2011 fut orientée vers les évolutions scientifiques et techniques en radiothérapie, mais aussi en chirurgie et oncologie médicale, répondant ainsi à cette vision. Le symposium d’ouverture fut introduit par une discussion sur les différents modèles possibles de traitement pluridisciplinaire illustrant la complexité mais aussi le bénéfice indéniable d’une personnalisation du traitement. En complément, le programme intégrait des thèmes relatifs à la qualité et à la sécurité des traitements de radiothérapie sur le plan des techniques elles-mêmes, des équipements et des procédures de prise en charge du patient, mais aussi des responsabilités de chacun des professionnels de la discipline. En effet, toutes ces évolutions, qui se complexifient sur le plan des technologies et des techniques de traitement, nécessitent un travail de nombreux acteurs aux compétences complémentaires et qui doivent garder un niveau de qualification permettant de garantir au patient la qualité et la sécurité du traitement.Pour illustrer ce propos, de plus en plus de techniques complexes sont ainsi réalisées en routine (radiothérapie conformationnelle avec modulation d’intensité [IMRT], radiothérapie stéréotaxique…). Elles s’avèrent plus précises et plus irradiantes par séance, nécessitant de fait plus de temps et de ressources sur le moment, que ce soit au niveau des médecins, radiophysiciens, dosimétristes, radiomanipulateurs, ou de l’encadrement.Du point de vue technique, deux grandes tendances se confirment dans les technologies de radiothérapie : des équipements spécifiques orientés vers des traitements particuliers (stéréotaxie intra et extra-crânienne, IMRT grand champ, etc.), et des machines pour les traitements en première intention plus conventionnelles mais pouvant réaliser certains traitements particuliers par l’adjonction d’accessoires additionnels. Texte: Olivier Balas, Yannick Wioland, Valérie Moreno, Geneviève Gaschard Wahart, Stéphanie Rousselin, avec Dimitri Lefkopoulos et Philippe Giraud  / 13 p. // Si aujourd’hui le cancer est l’une des causes principales de mortalité dans le monde selon l’Organisation mondiale de la santé, le nombre de décès devrait continuer de croître pour atteindre le chiffre de 11 millions en 2030. Dans le cadre de leur prise en charge médicale, presque un quart de ces patients vont recevoir un traitement par une technique de radiothérapie, et une grande partie de ceux-ci va pouvoir être considérée comme guérie à son issue. Les avancées dans le type, les technologies et les techniques de traitement en radiothérapie continuent d’évoluer rapidement, rendant les procédures de traitement plus complexes. Cette situation implique que les professionnels de la discipline suivent de près l’évolution de l’état de l’art et des techniques. Plus de dix mille d’entre eux ont pu bénéficier de la présentation de mille quatre cents posters et trois cent cinquante conférences lors de l’ASTRO 2011. Le thème choisi par les organisateurs, Patient-focused, High Quality, Pluridisciplinary Care, marque l’affirmation qu’il est indispensable aujourd’hui de travailler avec une approche pluridisciplinaire afin de permettre une prise en charge et un traitement personnalisés, de haute qualité, dans l’optique d’améliorer la santé et la qualité de vie du patient. Au niveau scientifique, une grande part du programme de l’ASTRO 2011 fut orientée vers les évolutions scientifiques et techniques en radiothérapie, mais aussi en chirurgie et oncologie médicale, répondant ainsi à cette vision. Le symposium d’ouverture fut introduit par une discussion sur les différents modèles possibles de traitement pluridisciplinaire illustrant la complexité mais aussi le bénéfice indéniable d’une personnalisation du traitement. En complément, le programme intégrait des thèmes relatifs à la qualité et à la sécurité des traitements de radiothérapie sur le plan des techniques elles-mêmes, des équipements et des procédures de prise en charge du patient, mais aussi des responsabilités de chacun des professionnels de la discipline. En effet, toutes ces évolutions, qui se complexifient sur le plan des technologies et des techniques de traitement, nécessitent un travail de nombreux acteurs aux compétences complémentaires et qui doivent garder un niveau de qualification permettant de garantir au patient la qualité et la sécurité du traitement.Pour illustrer ce propos, de plus en plus de techniques complexes sont ainsi réalisées en routine (radiothérapie conformationnelle avec modulation d’intensité [IMRT], radiothérapie stéréotaxique…). Elles s’avèrent plus précises et plus irradiantes par séance, nécessitant de fait plus de temps et de ressources sur le moment, que ce soit au niveau des médecins, radiophysiciens, dosimétristes, radiomanipulateurs, ou de l’encadrement. Du point de vue technique, deux grandes tendances se confirment dans les technologies de radiothérapie : des équipements spécifiques orientés vers des traitements particuliers (stéréotaxie intra et extra-crânienne, IMRT grand champ, etc.), et des machines pour les traitements en première intention plus conventionnelles mais pouvant réaliser certains traitements particuliers par l’adjonction d’accessoires additionnels.

Voir le sommaire du numéro

6,00 €

S'abonner à la revue