Panier

Aucun produit

0,00 € Expédition
0,00 € Total

Voir mon panier Commander

Le prix TH

Depuis 2008, à l'occasion des salons HôpitalExpo et GérontExpo-HandicapExpo et du congrès HIT à Paris, co-organisés par la Fédération hospitalière de France, TH récompense chaque année ses « meilleurs articles » sélectionnés par un jury composé de professionnels du monde sanitaire et médico-social (directeurs d’hôpital, directeur de soins, infirmière, ingénieur, médecin...).

Le ou les auteurs de l’article lauréat reçoivent un chèque de mille euros ; les autres auteurs récompensés reçoivent des ouvrages.

La remise du prix, sur le stand de la FHF pendant la Paris Healthcare Week (HôpitalExpo, GérontExpo-HandicapExpo, Salon infirmier) est l’occasion de communiquer face à un public de professionnels.

Prix du meilleur article publié en 2016

Lauréat

  • N° 758, p. 7 - Cardiauvergne : service de télésurveillance et de coordination des soins des insuffisants cardiaques
    Jean Cassagnes
    Cardiauvergne est un service de télésurveillance et de coordination des soins ouvert en décembre 2011. Deux principes : des professionnels de santé « maîtres du jeu » et une télésurveillance simple. Le dossier patient informatisé (DPI) est accessible grâce à la carte de professionnel de santé (CPS). Un système expert analyse les données et génère des alertes ou alarmes. Une évaluation après quatre ans et 1 084 patients montre un taux de décès de 12,1 % par an (versus 25 % avec prise en charge conventionnelle en Auvergne), des réhospitalisations pour nouvelle poussée d’insuffisance cardiaque réduites à 13,8 % par an (vs 21 % avant Cardiauvergne) avec raccourcissement de la durée moyenne de séjour de 11,5 à 9,4 jours. L’économie est estimée à 5 430 €/patient/an moins le coût de Cardiauvergne chi ré à 672 €/patient/an. Le taux de satisfaction est unanimement favorable. Un travail de recherche sur de nouveaux capteurs est en cours.

Accessits

  • N° 757, p. 10 - Identification des victimes des attentats du 13 novembre 2015. Expérience de l’hôpital Bégin
    Jean-Claude Rigal-Sastourné, Marie-Jeanne Demaison, Maryline Género-Gygax
    En cas de crise majeure comme un attentat, une attention particulière doit être portée à l’identification rapide des victimes, du lieu de leur prise en charge et des coordonnées de leur famille pour permettre la sécurité et la qualité des soins, la communication avec les autorités institutionnelles et surtout l’information des familles. La cellule de crise doit veiller à la mise en place immédiate d’une cellule d’identitovigilance dotée des moyens matériels et humains suff isants pour faire face à un aff lux massif de victimes, et choisir le protocole d’identification à adopter en fonction du contexte et de son potentiel évolutif dans le temps.

  • N° 757, p. 55 - Réorganisation et réhabilitation d’un IGH hospitalier en site occupé. Retour d’expérience au CHU de Poitiers
    Thomas Corvaisier, Éric Imbert
    Le CHU de Poitiers dispose d’un immeuble de grande hauteur (IGH) de 85 000 m² construit en 1980. Depuis 2010, cet IGH vieillissant a fait l’objet de 26 opérations majeures de réhabilitation et d’adaptation. L’article présente les objectifs à atteindre, l’organisation mise en place et les principaux outils de programmation utilisés, les diff icultés rencontrées et le premier bilan des vingt millions d’euros de travaux réalisés.

  • N° 759, p. 41 - Expérimentation d’un dispositif de drap de glisse électrique à l’hôpital local de Crèvecœur-le-Grand
    Hélène Trouillet, Préscillia Demarcke, Philippe Lorenzo, Éric Jullian, Marie Coulonjou, Mylène Voisot, Sandrine Sellier
    L’Ehpad de Crèvecoeur-le-Grand (Oise) est le premier établissement français à expérimenter un système de drap de glisse électrique. Ce dispositif de manutention contribue à la prévention des risques professionnels et à la bientraitance des résidents. Une évaluation socio- économique menée par l’Ireps de Picardie en mesure l’efficience préalablement à un éventuel déploiement à l’ensemble du parc de l’hôpital.



Prix du meilleur article publié en 2015

Lauréat

* N° 752, p. 11 Chambre des erreurs médicamenteuses en établissement de santé psychiatrique, ou l’amélioration des pratiques par la simulation
Charlotte Sacher
Afin de redynamiser la sensibilisation des professionnels à la sécurité de la prise en charge médicamenteuse, le CH Sainte-Marie de Rodez a organisé une chambre des erreurs médicamenteuses en psychiatrie. Dans une salle de soins et une chambre de patient reconstituées, des erreurs médicamenteuses sont simulées. À charge pour les professionnels de se poser les bonnes questions pour les repérer. Les patients ont participé à cette action par la création de mannequins.

Accessits

* N° 753, p. 15 Sécurisation de l’approvisionnement en oxygène médical : une solution innovante en outre-mer 
Clément Bédoucha, Anne Colombe, Idrissou Nkouwap, Marielle Mattera
En 2013, le CH de la Basse-Terre a lancé un appel d’offres ouvert pour la fourniture des fluides médicaux afin de sécuriser l’approvisionnement de l’oxygène médical et de réduire les coûts. L’installation retenue, innovante et sécuritaire, offre trois sources d’alimentation : un concentrateur d’oxygène (en service), deux cuves d’oxygène liquide d’une capacité de 10 000 litres chacune (en attente) et des bouteilles d’oxygène (de secours). Depuis sa mise en place, aucune rupture n’a été constatée. La teneur de l’oxygène médical délivré est comprise entre 95 % et 99,5 % conformément à la réglementation. Grâce au système de télésurveillance, le pharmacien garantit le suivi en temps réel et la traçabilité des paramètres de contrôle. La mise en concurrence a permis une réduction significative des coûts. L’autonomie acquise garantit la sécurité du circuit de l’oxygène médical. La qualité de la prestation est maintenue tout en maîtrisant les dépenses associées.

* N° 753, p. 39 Le travail en équipe, un enjeu de sécurité du patient 
Laetitia May-Michelangeli, Yasmine Sami, Gérald Boussicault
Les événements indésirables associés aux soins sont souvent dus à un défaut de communication au sein de l’équipe. Le programme Pacte de la HAS aide les équipes à travailler sur les facteurs organisationnels et humains : écoute, entraide, prise en compte du stress, communication, etc. L’équipe de réanimation pédiatrique du CHU d’Angers a expérimenté Pacte. En un an, elle a réalisé un état des lieux de son fonctionnement et de ses pratiques, instauré des outils d’amélioration et évalué leur impact. Pacte a créé une dynamique d’équipe, incluant le patient et sa famille.

* N° 754, p. 41 Calculer les coûts et fixer des tarifs : des gestes politiques ? 
Pierre-André Juven
Le tarif fixé pour les prises en charge hospitalières ne correspond pas systématiquement au coût engendré par celles-ci. Cette inadéquation tient aux méthodes du calcul de coûts et engage la définition collective du soin.

Prix du meilleur article publié en 2014

Lauréat

* N° 743, p. 25. Résidus médicamenteux des hôpitaux : une méthode simple d’estimation
Pierre Boivin, Antoine Dupuis, Alexandre Lavaud, Fabrice Nauleau, Frédéric Cuq, Anne Bousseau, Nathalie Karpel
Les résidus médicamenteux sont reconnus en tant que source de pollution des eaux, considérée comme une préoccupation environnementale et de santé dans plusieurs pays. Ils constituent une catégorie de micropolluants unique, notamment par leurs structures chimiques complexes et le fait qu’ils soient introduits dans l’environnement, pour une part importante, après le métabolisme humain. Le centre hospitalier universitaire (CHU) de Poitiers, en partenariat avec l’équipe de chimie et traitement des eaux (CETE) de l’institut de chimie des milieux et matériaux de Poitiers (IC2MP) et la société Saur, a initié une étude portant sur la présence de résidus médicamenteux dans ses eaux usées, menée d’avril à décembre 2012.


Accessits

* N° 747, p. 39. Confort thermique en climat tropical : la ventilation naturelle assistée au Lamentin
Michel Beauvais, Fréderic Frusta
Quel est le « retour d'expérience » sur le confort thermique du patient en climat tropical ? L’activité depuis trois ans d’une conception unique et originale de ventilation naturelle assistée, pour les hébergements de la nouvelle cité hospitalière du Lamentin, témoigne de sa fonctionnalité et de sa technicité, permettant de créer les conditions d'usage adaptées à la Martinique. Notre démarche s’est développée à partir d’un choix technique conçu dès le concours d'architecture et sa mise au point par des modèles appropriés à ce dispositif au caractère expérimental.


* N° 746, p. 57. Cartographie des risques du circuit du médicament par la méthode APR
Paul Lefevre
Le circuit du médicament est un processus complexe composé d’étapes successives réalisées par différents acteurs, ce qui est source d’erreurs potentielles pouvant générer des risques pour les patients. Le développement d’une culture qualité et gestion des risques s’est affirmé avec la mise en place des accréditations HAS, du contrat de bon usage et de la gestion des événements indésirables graves dans les établissements de santé. L’arrêté Retex du 6 avril 2011 renforce le dispositif en demandant aux établissements de formaliser une politique de la prise en charge médicamenteuse et en nommant un responsable du système de management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse (RSMQPCM). Ainsi que, après concertation en CME, de « faire procéder à une étude des risques encourus par les patients, liés à la prise en charge médicamenteuse ».

* N° 743, p. 14. Créer une zone d’atmosphère contrôlée avec une unité mobile de décontamination de l’air dans une unité centralisée de préparation des chimiothérapies
Julien Lecordier, Claire Plivard, Michel Gardeux, Karim Daouadi, Jean-Jacques Lahet
La préparation des chimiothérapies est une activité à risque, devant être réalisée en milieu stérile : sous hotte ou sous isolateur. Les Bonnes Pratiques de préparation (BPP), parues en décembre 2007, recommandent une zone d’atmosphère contrôlée (ZAC) de classe D dans l’environnement immédiat des unités centralisées de préparation des chimiothérapies (UCPC) équipées d’un isolateur. Cette recommandation a un impact important pour les unités équipées d’un isolateur ouvertes antérieurement à cette parution. Outre l’aspect économique, la mise en place d’une centrale de traitement d’air (CTA) est technologiquement contraignante quand elle n’a pas été prévue dans les phases de conception et de travaux initiales.


Coups de coeur

* N° 744, p. 65. Gestion des produits pharmaceutiques en unités de soin par un préparateur en pharmacie hospitalière : évaluation du ressenti du personnel paramédical après un an de collaboration
Louise Malet, Juliette Perichou, Céline Magdinier, Gilles Leboucher
Le service pharmaceutique du groupement hospitalier Nord des hospices civils de Lyon mène depuis plusieurs années différents projets collaboratifs avec les unités de soin. Le dernier en date est la mise en place d’une coopération entre le service pharmaceutique et deux unités de chirurgie générale et digestive de 22 lits chacune. Un préparateur en pharmacie hospitalière (PPH) y est responsable de la gestion (commande, approvisionnement, etc.) de tous les produits pharmaceutiques (PP : médicaments, dispositifs médicaux stériles, solutés stériles). Dix-huit mois après le début de cette coopération, qu’en est-il de son impact sur la gestion des produits pharmaceutiques au sein des deux unités et sur le ressenti du personnel soignantparamédical ? L’objectif de cette enquête était d’évaluer le ressenti, appréhendé de manière qualitative et quantitative, du personnel paramédical sur la gestion des PP au sein de trois unités de chirurgie générale et digestive ; deux unités bénéficiant de la présence d’un PPH pour la gestion de tous les PP, une unité dans laquelle la gestion des PP est laissée à la responsabilité des équipes soignantes

* N° 747. Réduire son empreinte écologique : l’hôpital relève le gant (deux parties : I - Enjeu ; II – Initiatives)
Marie-Christine Burnier, Barbara Vernet
I - Enjeux - Par son activité hautement technique et par la grande diversité de ses missions et moyens, il ne fait nul doute que le secteur hospitalier doive se préoccuper de son empreinte écologique. Mais, au-delà, et compte tenu du poids économique et social de ce secteur en France, c’est dans une perspective plus large que se pose la responsabilité des établissements de santé. La très grande diversité des métiers exercés à l’hôpital et la très forte composante humaine de l’activité hospitalière imposent que la bonne gestion des ressources humaines et le bien-être au travail figurent au rangdes priorités, dans un monde où la pathologie et la mort dominent et où les exigences du public vont croissant. Ces différents éléments démontrent la responsabilitééconomique et sociale que portent les hôpitaux et cliniques.
II - Initiatives - Pour tous les enjeux identifiés en partie I, des hôpitaux français ont déjà pris conscience de leur responsabilité et mis en oeuvre des politiques et actions correctives. Nombreux sont ceux qui sont identifiés et repérés grâce aux Trophées du développement durable en établissement de santé, une initiative réalisée dans le même cadre et avec les mêmes partenaires que le Baromètre et la convention d’engagement. Pour dresser le portrait-robot de l’hôpital du futur, rien de mieux que de s’inspirer de ces initiatives remarquées (dans le cadre des Trophées ou ailleurs). Les exemples présentés ne sont évidemment pas exhaustifs de la réalité des actions sur le terrain.

Prix du meilleur article publié en 2013

Le prix du meilleur article paru dans Techniques hospitalières en 2013 a été remis le mercredi 21 mai 2014 sur le stand de la FHF pendant les Salons de la santé et de l’autonomie à Paris, Porte de Versailles. Le lauréat a reçu mille euros, et les accessits et prix spécial du jury, l’ouvrage Patrimoine hospitalier d’Anne Pétillot et Georges Fessy (Scala/FHF).

Lauréat

* n° 740/p. 11 La téléfibrinolyse en Bourgogne : une réponse aux besoins locaux et régionaux en matière de traitement de l’AVC. Expérience du centre hospitalier de l’agglomération de Nevers et du CHU de Dijon
  Chloé Bardet Commentaires du jury : Exemplarité ++ / Bel exemple d’amélioration de la PEC par le développement de la télémédecine et la coopération territoriale CH-CHU / Étude originale ; Article bien construit, interview ++ ; Excellent article complet pragmatique (Projet – retour innovant d’expérience)L’agence régionale de santé (ARS) de Bourgogne et le réseau AVC ont répondu en 2011 à un appel à candidatures national pour mettre en place et expérimenter le déploiement de la téléfibrinolyse et a obtenu une aide financière fin 2011 pour ce faire. La première téléfibrinolyse en Bourgogne a pu être réalisée au centre hospitalier de l’agglomération de Nevers (Chan) le 9 avril 2012. Cette expérience ouvre la voie au développement de la neurologie au Chan, avec le projet de déployer des lits de médecine dédiés aux urgences neurologiques, l’appui de la télémédecine et le partenariat des neurologues du CHU de Dijon, en lien avec le responsable de l’animation du parcours de soins AVC en Bourgogne au titre du réseau. Présentation. 

Accessits

* 741/11 Gestion du parc d’équipements biomédicaux : la piste de la géolocalisation
 Hervé Jacquemoud, Alexandre Baffi 
Commentaires du jury : Original ; Exemplarité ++ en termes d’optimisation et de mutualisation de l’utilisation  des équipements / Rappel des différentes technologies +++ ; Article intéressant et complet. Le parc des équipements médicaux a une forte tendance à augmenter au sein des différents établissements de santé, au travers d’une demande croissante de technicité, de sécurisation d’administration ou de surveillance, et de la multiplication des techniques d’exploration ou de diagnostic. La mutualisation des équipements et le taux d’utilisation sont des pistes pour contenir cette expansion. Un prérequis à ces pistes d’amélioration est de pouvoir avoir accès facilement aux équipements, éventuellement à travers leur géolocalisation. Dans cet article, nous définissons la géolocalisation et les technologies impliquées puis présentons le retour de l’expérience conduite aux Hospices civils de Lyon (HCL), avec les domaines d’application, les risques, les moyens nécessaires, les coûts et les différents enseignements

* 742/39 Gestion et achat d’énergies : le retour sur investissement d’une démarche globale
  Philippe Casier, Pascal Haon 
Commentaires du jury : Exemplarité ++ / Article bien illustréLe centre hospitalier de Carcassonne vit une évolution majeure de son patrimoine : son principal établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes et l’hôpital ont été reconstruits à neuf, le premier aux normes HQE (Haute Qualité environnementale) et le second selon les critères du label THPE Enr (très haute performance énergétique énergies renouvelables) ; la logistique a été transférée vers une plateforme neuve dédiée à vocation départementale ; et sa centrale multi-énergies mutualisée fournit le nouvel hôpital et la plateforme logistique. Saisissant cette opportunité, il a souhaité la mise en place d’une gestion efficiente des énergies en agissant sur différents leviers complémentaires : la conception et la construction des bâtiments, leur suivi d’exploitation, l’achat des énergies. Est ainsi recherchée une cohérence entre construction, suivi d’exploitation et marchés d’énergies.  

* 737/55 Innovation culinaire en oncologie. Les « menus saveur » en hôpital de jour au centre hospitalier de Chartres
Régis Derelle, Cédric Flesselles, Arnaud Monier 
Commentaires du jury : Original ; Exemplarité et reproductibilité de l’expérience ; Bon article pragmatique et transposable. Partant du constat qu’il n’est pas opportun de proposer la même prestation à l’ensemble des patients quelle que soit leur pathologie, une réflexion a été menée par le comité de liaison en alimentation et nutrition (Clan) du centre hospitalier de Chartres sur la malnutrition au sein de l’hôpital de jour d’oncologie. Un groupe de professionnels (médecins, diététiciennes, ingénieur en restauration, cadres de santé…) s’est interrogé sur une proposition nutritionnelle adaptée à faire aux patients, en vue de développer une offre en adéquation avec les besoins et les aspirations des personnes atteintes de pathologie cancéreuse. Cet article se propose d’exposer la démarche menée, les actions mises en œuvre et les premiers enseignements tirés de cette innovation en matière de prise en charge hôtelière.

Prix spécial du jury

* 738/62 Prise en charge des addictions en milieu professionnel. L’expérience du CHU de Bordeaux
  Thierry Thomas 
Commentaires du jury : Prise en compte d’un fait de société ; Exemplarité ++  / Démarche volontariste
Comme tout employeur, les établissements hospitaliers sont soumis à l’obligation de protection de leurs salariés. Cette obligation touche notamment à la prévention des risques, et des comportements à risques. Le problème de l’alcool – et la notion de consommation abusive empêchant l’exercice d’un emploi hospitalier, qu’il soit ou non au contact de patients – s’est posé de longue date aux gestionnaires hospitaliers. L’intrication étant souvent très forte entre vie privée et vie professionnelle, le fait qu’une consommation addictive d’alcool puisse avoir lieu dans le cercle privé tout en ayant des conséquences sur l’aptitude professionnelle est un facteur de risque souvent difficile à appréhender par les responsables de services, des ressources humaines ou de la médecine du travail. À l’aube de la décennie 2010, le constat fait par la direction du CHU de Bordeaux, à la lumière d’éléments factuels remontés tant de la médecine du travail que des instances consultatives (comité technique d’établissement [CTE] ; comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail [CHS CT]), était sans appel : l’addiction à l’alcool interférant avec l’exercice professionnel de certains collaborateurs constituait un problème dont la prise en compte pouvait être améliorée. Certains indicateurs diffus pouvaient également être interprétés comme autant de signes de difficultés de prise en charge de ces épisodes de crises ; le dévouement et l’engagement des médecins du travail, la sensibilisation de certains chefs de service et de cadres apportaient certes une réponse, mais celle-ci était souvent tardive, peu coordonnée et certainement très perfectible. La réflexion a permis d’initier la levée d’un tabou. Elle a également mis en évidence une mutation des conduites addictives, l’alcool n’étant souvent que la partie visible d’un problème aux formes plus diverses. La réunion d’un groupe à la composition très diversifiée, et notamment la participation active des partenaires sociaux et du corps médical, a incontestablement été un des facteurs de richesse et de réussite de cette entreprise.

 

Prix du meilleur article publié en 2012

Le prix du meilleur article paru dans Techniques hospitalières en 2012 a été remis par Marie-Christine Burnier, directrice de la revue, le mercredi 29 mai sur le stand de la FHF pendant les Salons de la santé et de l’autonomie à Paris, Porte de Versailles. Le lauréat reçoit mille euros, et les accessits et prix spécial du jury, l’ouvrage Patrimoine hospitalier d’Anne Pétillot et Georges Fessy (Scala/FHF). Sont récompensés :

Lauréat - Meilleur article paru dans TH en 2012

Prise en charge des chutes en Ehpad : un protocole de soins au CH de Doué-la-Fontaine
Hélène Bordron, Marie Adnin (n° 734 • juillet-août 2012, p. 56)
Le centre hospitalier de Doué-la-Fontaine (Maine-et-Loire) s’est engagé dans une démarche de prévention et de prise en charge des chutes optimisée en développant un système d’information organisé auprès des résidents, de leurs familles et des professionnels de santé, et en garantissant une prise en charge pluridisciplinaire systématique des patients qui tombent plus de deux fois.

Premier accessit

Architecture et santé… le désamour
Christophe Damian, Blandine Rougon-Sarlin (n° 733 • mai-juin 2012, p. 64)
Pas un seul bâtiment hospitalier n’a été nominé pour l'un des quarante-quatre trophées de l’Équerre d’Argent. Pas un seul des trente-trois architectes récompensés du Prix Pritzker n’est reconnu pour être spécialisé dans le domaine hospitalier ou de la santé ou même pour avoir construit un seul hôpital ou bâtiment de santé dans un programme majeur. Le désamour de la critique architecturale est-il une forme d’ostracisme vis-à-vis du monde de la santé ou l’architecture hospitalière est-elle décidément de mauvaise facture ?

Deuxième accessit

Régionalisation des achats de produits de santé : enseignements et perspectives en région Centre
Jean-François Husson, Elsa Livonnet (n° 731 • janvier-février 2012, p. 49)
À l’annonce du programme Phare « Performance hospitalière pour des achats responsables », et après deux années de fonctionnement, l’expérience du groupement de commandes des produits pharmaceutiques de la région Centre constitue une illustration de l’intérêt à mutualiser certains segments d’achats. Il représente aujourd’hui les 47 établissements sanitaires et médico-sociaux de la Fédération hospitalière de France (FHF) et de l’Ugecam (établissements de l’assurance-maladie) du Centre disposant d’une pharmacie à usage intérieur (PUI ) et regroupe plus de 20 000 lits (MCO , psychiatrie, SSR , Ehpad).

Prix spécial du jury

Plateau technique « invasif » : l’exemple de l’hôpital facultaire Érasme à Bruxelles
Éric Giroud, Dominique Boveroux (n° 733 • mai-juin 2012, p. 45)
De plus en plus d’actes de soin sont « invasifs ». Ils vont d’une invasivité légère (biopsie, péridurale antidouleur…) à lourde (intervention chirurgicale assisté par endoscopie, angiographie ou échographie). Ils sont en forte croissance et mis en œuvre par un grand nombre de disciplines médicales. La rareté des soignants et les coûts de ces actes nécessitent la mise en place de nouvelles organisations efficientes. Il nous appartient, en tant qu’architectes et ingénieurs, de proposer un nouveau cadre bâti (une typologie architecturale, fonctionnelle et technique adaptée et performante) en adéquation avec ces dernières, puis de l'illustrer à l'aide de l’hôpital facultaire Érasme à Bruxelles, hôpital « cousin », de même culture mais d'organisation différente.

Prix du meilleur article publié en 2011

Le prix du meilleur article TH publié en 2011 a été remis par Édouard Couty, président de la FHF Rhône-Alpes, le mercredi 23 mai 2012 à l’occasion du salon Hôpital Expo qui se tenait à Paris, Porte de Versailles.

Lauréat

Développement durable : quelles conséquences  et quelles implications pour l’hygiéniste ?
P. Hartemann, J. Hajjar - TH n° 728, juillet-août 2011, p. 17
Alors que le concept de développement durable s’impose de plus en plus à notre société, les hygiénistes hospitaliers se doivent de s’impliquer dans sa déclinaison au sein des établissements de soins. En effet l’application « aveugle » de mesures légitimes dans le contexte d’une « administration vertueuse » pourrait conduire à des conséquences néfastes pour la sécurité des soins. La Société française d’hygiène hospitalière s’implique dans cette réflexion.
Les établissements doivent se référer aux critères sur le management stratégique du référentiel de la V2010 et l’hygiéniste doit réfléchir avec les personnes impliquées dans la définition de cette stratégie locale à la mise en place d’actions de court, moyen et long terme. Si des actions sur un meilleur tri des déchets ou le choix de produits ou matériels à moindre impact environnemental sont assez faciles et rapides, la révision de certaines « normes » éco-compatibles, la conception éco-responsable de matériels, de produits et de procédures ne peuvent s’envisager qu’après la réalisation d’études scientifiques ou techniques préalables.
L’engagement dans le développement durable est nécessaire, il passe par une réflexion, la réalisation d’un diagnostic et la mise en œuvre de solutions adaptées précisant la sécurité des soins et la prévention des infections.

Accessits

Déploiement de la télémédecine  en territoire de santé : Télégéria
P. Espinoza, A. Gouaze, C. Talange, B. Bonnet, M. Fabbro, O. Saint-Jean, X. Mortelette, S. Payet, D. Legendre, J.-M. Duminger, F. Lebourgeois, N. Okra, J. Laudet - TH n° 725, janvier-février 2011, p. 9
(Réalisation lauréate des Victoires de la modernisation de l’État 2010 catégorie simplification et des Trophées du grand âge 2010 dans la catégorie recherche et développement)
Notre propos est d’illustrer, sur la base de l’expérience acquise par l’équipe Télégéria, les principes de fonctionnement, les principaux usages et les points clés essentiels de la télémédecine dans une perspective de déploiement sur un territoire de santé.
La télémédecine est une solution à l’aménagement du territoire, sous réserve d'en définir les modalités et les contraintes, d’identifier une conduite de projet et, bien au-delà, d’accompagner la conduite du changement, vecteur incontournable de la modernisation du système de santé.
Télégéria est un réseau de télémédecine réunissant des établissements de santé pour personnes âgées en liaison avec des hôpitaux de court séjour MCO (médecine, chirurgie, obstétrique). Ce réseau est réglementé sur le plan éthique par une charte éthique, une note d’information et des fiches de consentement, validées en 2007 par le service juridique de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). Ces textes ont servi de référence en 2007 et 2008 pour le fonctionnement du réseau ADSL qui nous a permis de réaliser 250 sessions de téléconsultation entre des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes et des hôpitaux aigus.
L’initialisation de la télémédecine s’est concrétisée par une compréhension des usages (comment pratiquer une consultation de dermatologie, d’orthopédie…), et une approche des besoins technico-fonctionnels a été identifiée dans la pratique pour une dizaine de spécialités.
Dans la continuité de ces premiers résultats, un second projet Télégéria haute définition (HD) a été mis en place entre l’HEGP et l’hôpital gériatrique Vaugirard Gabriel-Pallez. Nous en décrivons le cadre général.

La réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP) en cancérologie : la meilleure ou la pire des choses
A. Marre, M. Baies, L. Tolou, S. Julien, L. Mosser, G. Reyes - TH n° 725, janvier-février 2011, p. 61
La réunion de concertation pluridisciplinaire en cancérologie (RCP) est la clé de voûte du plan Cancer initié en 2004. La prise en charge du patient se détermine à partir de la proposition qui lui sera faite à ce moment-là, avec la mise en place de nombreuses actions (définition d’un programme personnalisé de soins, thérapeutiques spécifiques, suivi personnalisé, etc.).
Aussi l’étape de la RCP doit-elle être réalisée avec le maximum de précision possible afin qu’elle soit la « meilleure » des choses. Car, si des éléments manquent, des dysfonctionnements peuvent survenir et retentir sur la qualité des thérapeutiques mises en place (toxicité mal appréciée de thérapeutiques, délais accrus…), en faisant la « pire » des choses.
Nous avons cherché au travers de notre expérience les éléments d’une RCP de qualité mais aussi les raisons d’une RCP déficiente. Une enquête et une évaluation des pratiques professionnelles (EPP) sur la « valeur » de notre RCP ont été réalisées ; elle nous a permis en outre d’étudier les délais dans la coordination des soins afin de mettre en place des actions correctrices.

Prix spécial du jury

Le testament de vie et le don d’organes
C. Bousquet- TH n° 730, novembre-décembre 2011, p. 51
Nous souhaitons modifier la définition du testament de vie, en tenant compte des spécificités françaises. Cet article traite de la partie correspondant au don d’organes hors du cas des donneurs vivants, premier chapitre du testament de vie.  
p. 52 - Le don d’organes et les greffes en France : Pourquoi modifier les dispositions légales actuelles ? La législation française en matière de don d’organes. Les règles relatives au prélèvement d’organes sur une personne décédée. L’organisation administrative des activités relatives au don d’organes.
p. 61 - Le don d’organes en Europe : Le don d’organes en Espagne. Les Européens et le don d’organes.
p. 64 - Nos propositions : L’inscription des volontés des patients dans la carte Vitale - Le testament de vie - Ce qui a évolué depuis 2010.

Prix du meilleur article publié en 2010

Lauréat

Planification des projets immobiliers hospitaliers face aux changements technologiques
L.-A. Piette - TH n° 723, septembre-octobre 2010, p. 23
D’importants changements technologiques apparaissent à un rythme effréné depuis la fin du xxe siècle, parfois de manière totalement imprévisible, et bouleversent le monde hospitalier. Des équipements d’imagerie médicale (IM) volumineux aux dispositifs miniaturisés en passant par les systèmes d’information et de communication, ce ne sont pas les facteurs d’évolution qui manquent. Le présent article examine les difficultés qui freinent l’introduction des développements technologiques dans le parc immobilier hospitalier, puis propose des pistes d’amélioration qui visent à assurer l’adaptation des bâtiments aux changements technologiques.

Accessits

Dix idées reçues sur les infections nosocomiales
J. Carlet - TH n° 720, mars-avril 2010, p. 9
Il est bien normal que, pour un thème aussi médiatisé que les infections nosocomiales, des idées fausses se soient installées dans l’esprit des victimes, des usagers potentiels des structures hospitalières, des responsables politiques, voire même des professionnels de santé. Certains journalistes « people » ont d’ailleurs systématiquement navigué entre information et outrance. Ce bref article est destiné à rétablir certaines vérités scientifiques.

Le centre hospitalier de Jury-lès-Metz, pionnier en matière de Bilan carbone
D. Ludwig, M.-L. Jouvin - TH n° 721, mai-juin 2010, p. 45
Le centre hospitalier de Jury-lès-Metz se trouve être aujourd’hui l’un des premiers sinon le premier centre hospitalier à avoir réalisé ce type de bilan. Au terme de cette expérience, il apparaît que chaque établissement de santé aurait intérêt à faire ce type de travail quelle qu’en soit la lourdeur.

Le hall opératoire : une nouvelle conception du bloc
A. Dard-Levieux, F. Calonego - TH n° 722, juillet-août 2010, p. 55
Le hall opératoire grenoblois est un outil performant qui offre des possibilités innovantes dans l’organisation d’un bloc. Il reste néanmoins perfectible. La motivation et l’esprit d’équipe restent primordiaux pour qu’il fonctionne au bon régime dans les respects des normes de sécurité pour les patients. On peut souligner que l’absence de mur à cassé le cloisonnement Ibode/Iade, créant une seule et même équipe d’infirmières pour un seul et même patient. S’il permet une qualité de travail dans un environnement agréable, très lumineux, il demande du personnel en nombre, une unicité de chirurgie et un dimensionnement approprié.

Prix TH du meilleur article 2009

Le prix du meilleur article TH publié en 2009 a été remis par Jean Le Camus, directeur général honoraire du CHU d’Angers, ancien directeur de TH, le mercredi 19 mai à l’occasion du salon Hôpital Expo-Intermedica qui se tenait à Paris, Porte de Versailles.

Le lauréat 2010 est l’article Construction d’une unité centrale de stérilisation au CHR d’Orléans (TH n° 713 – Janvier-février 2009, page 15) de Djamil Abdelaziz, ingénieur en chef, pôle patrimoine immobilier et services techniques, CHU de Toulouse, et du Dr Isabell e Hermelin, pharmacien, CHR Orléans.

Un prix spécial du jury a été remis aux auteurs de Médecine nucléaire et diagnostic : l’imagerie métabolique et fonctionnelle (TH 718, nov.-déc., page 23), P. Bourguet, D. Le Guludec, P. Payoux, F. Paych A, J.-Y. Herry, F. Courbon, F. Giamarile, F. Kraeber-Bodere, A. Devillers, J.-N. Talbot, C. de Labriolle-Vaylet. Les auteurs étaient représentés par le Pr Olivier Mundler, président de la Société française de médecine nucléaire.

Le premier accessit va à Concevoir et organiser un service logistique : retour d’expérience d’une démarche conduite au centre hospitalier de Roanne (TH 717, sept.-oct., page 17), K.-J. Cobbold , B. Pellet, D. Moret, É. Marcon.

Un second accessit a été décerné à Douleur à l’hôpital : comment les Hospices civils de Lyon la combattent (TH 713, jan.-fév., page 49), A.-S. Leonard, J.-B. Caillet.

Prix TH du meilleur article 2008

À l’occasion de Géront Expo-Handicap Expo et du congrès HIT 2009, TH récompensait à nouveau son « meilleur article » de l’année, choisi par un jury présidé par Christiane Coudrier, directeur général du CHU de Nantes. Cette deuxième édition concernait les articles publiés en 2008.

L’article Référent logistique de pôle : un nouveau métier au CHU de Poitiers (TH n° 710 p. 51) a été désigné lauréat.

Rédigé par Claire Mirambeau, responsable du service logistique, et Ariane Becker, assistante de communication, il décrit la réflexion logistique menée par le CHU au sein des pôles d’activité sur le management et la gestion interne des flux relatifs aux commandes et aux stocks des produits, pharmaceutiques et hôteliers, cette reflexion ayant conduit à la création du métier de référent logistique.

Gérard Vincent, délégué général de la Fédération hospitalière de France, a remis le prix, doté de mille euros, le jeudi 28 mai 2009 à Claire Mirambeau. Celle-ci, qui était accompagnée de référents logistiques, a expliqué que la parution de l’article avait été suivie de nombreuses demandes d’information.

Le jury a également tenu à nommer trois accessits :

Le management par les processus dans un établissement de soins : une démarche utopique ? (TH n° 707, p. 35), de David Verger, qualiticien, Jeanne Mihura, déléguée à la qualité, Françoise Salle, infirmière générale adjointe, pilote du processus accueil, Jérôme Sarini, chirurgien ORL, pilote du processus démarche diagnostique, et Valerie Colin, ingénieur du plateau technique des radiations, pilote du processus traitement de radiothérapie externe, Institut Claudius-Régaud, centre de lutte contre de cancer de la région Midi-Pyrénées, Toulouse ;

Bioaérosols et travaux : prévention du risque infectieux au CHU d’Amiens (TH n° 710, p. 40), de Crespin C. Adjidé, unité d’hygiène et d’épidémiologie hospitalières, service d’épidémiologie, hygiène et santé publique (Pr O. Ganry) ;

Le portail ville-hôpital des hospices civils de Beaune (TH n° 711, p. 53), de Fabrice Tixier, responsable informatique.
Les auteurs ont reçu l’ouvrage Patrimoine hospitalier (textes d’Anne Petillot, photographies de Georges Fessy, coédité par Scala et la FHF).

Prix TH du meilleur article 2007 (première édition)

Président du jury : Guy Vallet, alors directeur général de l’Assistance publique-Hôpitaux de Marseille. Cette première édition concernait les articles publiés en 2007.

Lauréat :

• Patricia Napol de l’Agence générale des équipements et produits de santé de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), et à Philippe Parvy, chargé de mission risques chimiques (AP-HP) pour leur article

Cartographie des dangers chimiques des locaux : un enjeu sécuritaire majeur pour les établissements de santé (TH n° 705, septembre-octobre 2007).

Le jury a également tenu à citer :

État de l’art en imagerie médicale : professionnalisme et qualité sont stratégiques (TH n° 702, mars-avril 2007), de Geneviève Wahart, du CHU de Poitiers, et Martine Decouvelaere, des Hospices civils de Lyon et présidente de l’Association française des ingénieurs biomédicaux (Afib). À noter que l’Afib contribue régulièrement à TH notamment par un compte rendu très complet du congrès d’imagerie RSNA

Hôtellerie-environnement : des fonctions stratégiques. L’expérimentation du pôle hôtelier-environnement au centre hospitalier intercommunal Robert- Ballanger à Aulnay-sous-Bois (TH n° 706, novembre-décembre 2007) de Marie-Catherine Pham, directrice adjointe au CHI Robert-Ballanger d’Aulnaysous- Bois

Le transporteur sanitaire, un logisticien dans la chaîne de soins (TH n° 704, juillet-août 2007) d’Odile Tassi, déléguée générale de la Fédération nationale des transporteurs sanitaires, consultante